• Début de l’ère du sans-fil 4G, avec un modèle économique promis à révolutionner l’Internet nomade
  • Formule « illimitée » pour deux terminaux, tarifée à 50 $


le 29 septembre 2008

 

Paris – Un réseau de télécommunications sans fil haut débit (4G) appliquant la norme WiMAX mobile a été lancé aujourd’hui à Baltimore (Maryland). Exploitée par l’opérateur Sprint au travers de son service XOHM*, cette infrastructure, la première de ce type à être déployée dans une grande ville des Etats-Unis, annonce une ère nouvelle pour la connectivité.

 

Barry West, Président de la division XOHM de Sprint : « Avec la naissance aujourd’hui d’un modèle économique radicalement nouveau, qui, fondé sur l’Internet, bouleverse la dynamique du secteur des télécoms, nous vivons une date réellement historique. Les abonnés bénéficieront des innovations à de multiples niveaux que matérialisent les objets nomades WiMAX et le service XOHM, situés à la convergence de l’informatique, de l’Internet, des télécoms et de la microélectronique et qui redéfinissent la mobilité sans fil. »

 

Le service WiMAX de XOHM va élargir l’utilisation de l’Internet et du multimédia en la faisant sortir de la maison et du bureau ainsi qu’en l’amenant dans d’autres lieux que le wi-fi, y compris par l’intermédiaire de services nouveaux. Ce service permettra ainsi aux particuliers, aux entreprises et aux collectivités locales de profiter de nouveaux modes de communication interactive, de la possibilité de consulter l’Internet n’importe où, d’outils pour les réseaux sociaux, de services géodépendants, de l’audiovisuel et du multimédia (musique, vidéo, y compris à la demande), à des débits descendants plus rapides, situés en moyenne entre 2 et 4 Mbit/s. Axé sur les données — et non pas la voix —, il se distingue des actuels services sans fil sur plusieurs points :

 

Les cartes WiMAX Samsung Express* (59,99 USD) et les modems WiMAX ZyXEL* (79,99 USD) sont disponibles dès aujourd’hui sur le site Internet de XOHM, en vente à distance ainsi que dans certains magasins de la région de Baltimore. D’autres équipements WiMax, dont le modem USB ZSTE*, les PC portables dotés de la technologie processeur Intel® Centrino® 2 avec puce WiMAX et le téléphone de voiture Nokia* N810 WiMAX Edition devraient par ailleurs être commercialisés avant la fin de l’année.

 

Les offres de lancement permettent de choisir entre un forfait journalier à 10 USD et deux types d’abonnements mensuels : résidentiel Internet à 25 USD ou nomade à 30 USD. Elles comprennent également une formule mensuelle à 50 USD, qui autorise l’utilisation de deux terminaux WiMAX. On trouvera sur www.xohm.com des renseignements sur la couverture actuelle du réseau ainsi que de plus amples informations sur les offres de lancement et sur la vente des équipements.

 

Un site Internet original et personnalisable, baptisé MyXOHM*, sera proposé sans surcoût aux abonnés. Celui-ci sera principalement axé sur les services de proximité et sur les contenus de divertissement. Il s’assortira également de services de sécurisation, de stockage distant et de communications interactives. Lorsque les usagers auront indiqué leurs préférences, leurs contenus leur seront accessibles, par le biais de petits widgets, depuis un portail individualisé et géodépendant.

 

XOHM poursuit par ailleurs son travail avec ses partenaires de l’écosystème WiMAX et d’autres intervenants pour intégrer la connectivité correspondante à toute une gamme d’ordinateurs, de baladeurs AV, d’appareils interactifs et d’autres terminaux professionnels et grand public, y compris sous la forme de systèmes d’infoloisirs et de navigation embarqués pour les véhicules.

 

Sprint sera également le premier et le seul opérateur radio américain à proposer un appareil bistandard 3G-4G, qui fonctionnera également sur son réseau NOW*. Attendu au quatrième trimestre, cet appareil pourra ainsi se connecter à la fois au plus vaste réseau 3G mobile haut débit des Etats-Unis ainsi qu’à l’infrastructure 4G de Baltimore, puis à celle d’autres villes du pays au fur et à mesure de son implantation dans celles-ci.

 

Le lancement du service XOHM à Baltimore est aussi l’un des plus rapides jamais réalisés pour une nouvelle infrastructure puisqu’il intervient à peu près deux ans seulement après le choix par Sprint du standard WiMAX 802.11e (Rev e) pour celle-ci et la mise en place d’un noyau d’écosystème par Sprint, Intel, Samsung et Motorola. Ces entreprises ont en effet les mêmes perspectives pour la prochaine génération de services nomadiques, avec une double articulation : connectivité WiMAX intégrée au travers d’un jeu de composants et possibilité de doter de cette connectivité toute une série de terminaux existants mais non communicants. Les sociétés Nokia, Nokia Siemens Networks, Google, ZTE, ZyXEL et d’autres ont, depuis, rejoint cet écosystème.

 

La division XOHM de Sprint s’emploie en l’occurrence à l’étoffer, à établir des standards pour faire bénéficier ses clients américains du dernier cri du sans-fil ainsi qu’à conclure des accords de gestion de l’itinérance et d’interopérabilité. Son réseau WiMAX exploite la bande de fréquences des 2,5 GHz dont elle possède les licences suite à la fusion entre Sprint et Nextel, ce rapprochement ayant été précisément réalisé dans la perspective du sans-fil nouvelle génération. L’infrastructure correspondante a été mise en place par Samsung Electronics, qui a d’ailleurs participé au déploiement du réseau WiMAX de Baltimore. L’implantation de XOHM et la commercialisation de son service dans d’autres villes des Etats-Unis interviendront au fur et à mesure du développement technique et géographique de cette infrastructure. L’objectif final est de proposer à l’échelle nationale un réseau mobile 4G haut débit dont les atouts seront des débits plus rapides, des tarifs plus économiques, un service plus fonctionnel et la possibilité d’y acheminer des contenus audiovisuels et multimédias de meilleure définition.

 

Conformément à une annonce précédente, Sprint entend finaliser la fusion de ses actifs WiMAX avec ceux de Clearwire, pour ainsi constituer, au quatrième trimestre, une nouvelle entreprise qui reprendra la raison sociale Clearwire et dont l’objectif sera de poursuivre le déploiement d’un réseau WiMAX mobile dans tout le pays. Suite à cette opération, Sprint sera, au travers de la nouvelle structure, le seul opérateur radio américain à proposer des services 4G par l’intermédiaire d’opérateurs de téléphonie virtuels.

 

Sprint Nextel Corporation (NYSE : S)
Sprint Nextel propose une gamme complète de services de communications filaires et sans fil prévus pour assurer une connectivité radio aux particuliers, aux entreprises et aux organismes publics. L’entreprise est mondialement connue pour ses compétences dans l’étude, la mise au point et le déploiement de technologies innovantes, notamment au travers de ses deux réseaux radioélectriques qui desservaient près de 52 millions de clients à la fin du deuxième trimestre 2008 et qui s’assortissent de multiples avantages : services mobiles de transmission de données, messagerie vocale nationale et internationale instantanée, fonction « talkie-walkie » et dorsale Internet de Tier 1. Informations complémentaires : www.sprint.com.

 

Informations complémentaires sur la division XOHM de Sprint : www.xohm.com.

 

Avertissements
Ce communiqué comporte des prévisions (forward-looking statements) au sens de la législation des Etats-Unis sur les valeurs mobilières. Les informations relatives aux projets de développement et de déploiement d’un réseau sans fil haut débit de technologie WiMAX, le calendrier de mise en place de celui-ci, sa disponibilité, sa capacité, sa couverture et son coût, les produits et services à y proposer et d’autres informations non encore avérées sont à considérer comme des prévisions dans cette acception. Ces prévisions dont dénotées par des verbes conjugués au futur ou au conditionnel, les verbes estimer, penser, prévoir et d’autres locutions similaires. Ces prévisions reprennent des opinions, des projets, des attentes ou des intentions formulés sur la base des informations actuellement disponibles et impliquent un certain degré de risque et d’incertitude susceptible d’influer de manière sensible sur les résultats effectifs, qui ne sauraient donc être garantis.

 

Ces facteurs de risque et d’incertitude sont notamment les suivants :

  • les facteurs liés à la mise en œuvre par l’entreprise de sa stratégie commerciale pour le WiMAX ;
  • le coût et le risque qu’impliquent la mise en place d’un réseau de technologie WiMAX et la commercialisation de produits et de services qui exploitent cette technologie ;
  • l’incapacité d’équipementiers, éditeurs de logiciels et autres fournisseurs tiers, sous contrats avec Sprint Nextel, à se conformer aux impératifs qui leur sont imposés et à satisfaire aux obligations auxquelles les produits et les logiciels prévus pour gérer les fonctions et fonctionnalités du WiMAX sont assujettis ;
  • les répercussions de mauvaises performances du réseau ;
  • les autres risques mentionnés de temps à autre dans les dépôts de l’entreprise à la SEC (Securities & Exchange Commission), notamment sur formulaire 10-K pour l’exercice échu le 31 décembre 2006 (Part I, Item 1A, « Risk Factors ») et trimestriellement sur formulaire 10-Q.

 

Aussi, bien que l’entreprise les juge raisonnables, convient-il de ne pas se fier à ces prévisions à la lettre, car elles se fondent sur des conjectures dont l’exactitude est strictement limitée à la date de publication de ce communiqué. En outre, Sprint Nextel n’est pas dans l'obligation de publier de correctif en raison d’événements qui interviendraient après la date de publication de ce communiqué et qui auraient une incidence sur ces prévisions.

 

 


* Ces noms et désignations peuvent être revendiqués comme marques par des tiers.

Les deux sociétés travailleront sur des technologies et standards qui renforceront les performances et la sécurité des « nébuleuses »

le 23 septembre 2008

 

Paris – A l’occasion du salon Oracle OpenWorld qui se tient actuellement à San Francisco, les sociétés Oracle et Intel ont annoncé aujourd’hui qu’elles travaillaient de concert à rendre l’informatique virtuelle (cloud computing) directement exploitable par les entreprises, mais aussi plus rationnelle et mieux sécurisée. Les deux partenaires se proposent également de repérer et promouvoir des standards qui assoupliront les déploiements sur « nébuleuses » publiques et privées.

 

Intimement associée à l’Internet et aux technologies correspondantes, l’informatique virtuelle ou « nébuleuse » représente une solution rationnelle pour l’utilisation de logiciels et le stockage de données par un grand nombre d’utilisateurs. Certaines grandes entreprises exploitent d’ailleurs déjà des applications nébulisées sur une infrastructure partagée, dans le périmètre de leur pare-feu. Elles font appel pour cela à la technologie de virtualisation Intel® VT ainsi qu’aux technologies Oracle® Grid Computing (Oracle Database, Oracle Real Application Clusters, Automatic Storage Management, Oracle Application Grid, Oracle Enterprise Manager et Oracle VM). Sur cette base, les grandes structures entendent à présent mettre en place des nuages privés pour leurs applications internes ainsi que pouvoir les étendre à des nébuleuses publiques et multilocataires, avec le même niveau de sécurité, de souplesse et de performances.

 

Robert Shimp, Vice-Président d’Oracle responsable de la Global Technology Business Unit : « Nous avons bien compris que les grandes entreprises souhaiteraient être en mesure d’exploiter leurs systèmes fédérateurs sur des nébuleuses tant publiques ou privées, mais cela suppose que l’informatique virtuelle soit rationalisée, sécurisée et standardisée. Or c’est précisément ce à quoi Intel et Oracle s’emploient actuellement. »

 

Doug Fisher, Vice-Président du Software and Solutions Group (SSG) d’Intel, chargé de la Systems Software Division de ce groupe : « Intel et Oracle ont décidé de prendre les devants pour faciliter l’accès des entreprises à l’informatique virtuelle. Au travers de cette collaboration dont l’objectif est d’améliorer les performances, de standardiser et de renforcer la sécurité de l’informatique nébuleuse, elle sera plus attractive pour ces structures. »

 


La collaboration entre Oracle et Intel porte sur trois domaines :

  • Performances. Une récente collaboration entre Oracle et Intel sur le logiciel Oracle VM et l’hyperviseur Open Source de Xen a permis, grâce à la technologie Intel VT, de dégager des gains de performances de 17 % pour le SGBD Oracle Database virtualisé sur processeurs Intel® Xeon®. Au fur et à mesure du lancement par Intel de nouvelles plates-formes pour serveurs et du perfectionnement des technologies de virtualisation, Oracle et Intel poursuivront leur action d’optimisation logicielle pour faire progresser les gains de performances et de rendement énergétique.
  • Sécurité. Les entreprises qui exploitent des logiciels sur nébuleuses publiques doivent être assurées de la bonne sécurisation de cet environnement, d’une accessibilité des données strictement limitée aux applications habilitées et de la consignation effective des activités à des fins de contrôle, y compris de conformité. Afin d’assurer la protection des données des clients, Oracle et Intel travailleront ainsi à renforcer encore la sécurité des machines virtuelles des nébuleuses partagées. Avec l’élaboration par Intel de nouvelles fonctions de sécurité pour la virtualisation et afin de fiabiliser les environnements d’informatique virtuelle, les deux partenaires optimiseront les technologies correspondantes pour les logiciels Oracle. Pour « privatiser » et sécuriser les données sur nébuleuses publiques partagées, elles continueront toutes deux à perfectionner l’intégration de leurs technologies cryptographiques.
  • Standardisation. Intel et Oracle s’associeront le concours d’autres grands noms de l’informatique pour élargir les standards qui assurent la portabilité des images de machines virtuelles — dont le format OVF (Open Virtual Format) — ainsi que pour définir des standards de services Web régissant la mise en place et la gestion des services nébuleux.

 

Oracle Corporation (NASDAQ : ORCL)
Oracle est le premier éditeur mondial de logiciels d’entreprise. Pour plus d’informations, rendez-vous sur http://www.oracle.com ou www.oracle.fr. Informations complémentaires en français sur Oracle Grid Computing : www.oracle.com/us/technologies/grid/index.html.


Intel Corporation (NASDAQ : INTC)
Numéro un mondial du circuit intégré et du semi-conducteur, Intel met au point des technologies, élabore des produits et entreprend des actions pour faire progresser en permanence les modes de vie et de travail. Des informations complètes sur la société sont disponibles sur le site Internet d’Intel à partir de la page www.intel.fr.


 

 

Intel, le logo Intel et Xeon sont des marques déposées ou enregistrées d’Intel Corporation ou de ses filiales, aux Etats-Unis et dans d’autres pays.


Oracle est une marque enregistrée d’Oracle Corporation ou de ses sociétés affiliées.


* Les autres noms et désignations peuvent être revendiqués comme marques par des tiers.

Cette troisième génération facilite la virtualisation des postes et l’infogérance

le 22 septembre 2008

 

Paris – Intel Corporation a lancé aujourd’hui la troisième génération de la technologie Intel® vPro™, destinée aux postes fixes. Entre autres nouveautés, celle-ci renforce la sécurité micro-informatique et réduit le temps — et donc le budget — à consacrer à la maintenance du parc, au travers de PC capables d’analyser par eux-mêmes les situations et d’agir en conséquence. Elle ouvre également la porte à de nouveaux modèles et produits de virtualisation micro-informatique qui répondent aux besoins particuliers des PME.

 

A la plate-forme formée d'un processeur Intel® Core™2 à deux ou quatre cœurs, du nouveau chipset Intel Q45 et de la solution Gigabit Ethernet Intel 82567LM, la nouvelle technologie Intel vPro associe la technologie d’administration active Intel AMT dans sa version 5.0. Parmi les innovations qu’elle propose, cette version 2008 a l’originalité d’élargir le champ d’action des services informatiques en leur permettant de sécuriser et d’administrer des postes situés au-delà du pare-feu de l’entreprise.

 

Grâce à sa fonction de téléalerte, un PC qui enregistre une anomalie de fonctionnement, autrement dit le franchissement d’une valeur plancher ou plafond prédéfinie, est en mesure de solliciter de lui-même une intervention. De plus, sa nouvelle fonction de télémaintenance programmée permet de mettre en place un planning de réglages, sur la base duquel les postes se connectent automatiquement et périodiquement à un programme d’administration central pour leur maintenance. Par ailleurs, avec sa nouvelle fonction de demande d’assistance rapide, un utilisateur peut, en tapant une série de touches, obtenir une aide immédiate sur liaison hors bande (c’est-à-dire sur réseau secondaire), et ce même si son ordinateur est totalement bloqué parce que son système d’exploitation ou son disque dur sont défaillants.

 

Gregory Bryant, Vice-Président d’Intel responsable de la Digital Office Platform Division : « La technologie Intel vPro s’est déjà révélée extrêmement payante pour les secteurs de l’informatique et des hautes technologies, et chaque année a vu la sortie de solutions originales face aux enjeux des DSI et des prestataires d’infogérance. Son édition 2008 ne déroge pas à cette règle, puisqu’elle automatise les opérations de réparation et de maintenance, en libérant ainsi du temps pour les informaticiens, mais aussi en raccourcissant le délai nécessaire à la remise en service d’un poste pour son utilisateur. »

 

Deux nouvelles fonctions de cette édition 2008 renforcent également la sécurisation des accès aux postes : une fonction de surveillance consigne sur les postes les accès à ceux-ci par les services informatiques et les interventions correspondantes, cela de manière plus complète et mieux sécurisée, ce qui rend ainsi plus difficiles encore les tentatives internes d’atteinte à leur sécurité ; au niveau de la plate-forme, une fonction matérielle inédite identifie-authentifie les postes d’architecture Microsoft* NAP (Network Access Protection) dotés de la technologie Intel vPro et sécurise leur télémaintenance hors bande.

 

Nouvelles solutions pour les PME
Jusque-là surtout destinée aux grandes structures, la technologie Intel vPro s’ouvre désormais largement aux PME dont le parc est actuellement géré par quelqu’un qui ne dispose d’aucune compétence particulière en informatique. Prévue pour les parcs de moins de vingt-cinq postes (fixes et mobiles), la solution Intel® IT Director offre ainsi un tableau de bord convivial qui reprend toute une série d’indicateurs de fonctionnement, une fonction capable d’interdire la connexion à des périphériques USB à risque ainsi qu’un processus de sauvegarde qui évite la perte de données en cas d’avarie du disque dur.

 

Aux PME qui souhaitent obtenir une assistance immédiate pour la résolution de leurs dysfonctionnements micro-informatiques, Intel propose une autre nouveauté, à savoir la technologie Intel® Remote PC Assist : en cas d’anomalie sur son poste, l’utilisateur tape une série de touches, ce qui déclenche une demande d’assistance auprès d’un prestataire de services ; après établissement de la connexion et le cas échéant, ce service d’assistance exploite les possibilités d’intervention hors bande de la technologie Intel vPro pour corriger l’anomalie à distance. Ce prestataire rationalise ainsi son fonctionnement, améliore sa qualité de service, réduit ses charges d’exploitation et peut étendre son champ d’intervention géographique. On notera cependant que, dans un premier temps, la solution Intel Remote PC Assist ne sera proposée qu’en Amérique du Nord.

 

Intel a par ailleurs sorti aujourd’hui deux cartes mères pour PC de bureau qui permettent la mise en œuvre de toutes les nouvelles fonctions de la technologie Intel vPro. Il s’agit des cartes mères Intel DQ45CB pour PC de taille standard et Intel DQ45EK pour PC petit format. Toutes deux sont destinées aux constructeurs et intégrateurs.

 

Nouveaux modèles de sécurisation et d’administration informatiques
Pour renforcer la sécurité des parcs, rationaliser leur administration et en abaisser le coût de revient, de nombreuses structures informatiques s’orientent vers de nouveaux modes de desserte applicative. En réponse à cette tendance, Intel leur propose ses technologies DVC (Dynamic Virtual Client) de virtualisation dynamique des postes de technologie Intel vPro. Il s’agit d’une nouvelle série de modèles de fonctionnement qui, en synergie avec la technologie Intel vPro, centralise sur un serveur les donnés de sécurité et la gestion applicative pour ainsi diffuser les logiciels à la demande sur un poste, où ils exploitent la puissance de traitement de celui-ci. Ces technologies préservent ainsi la mobilité de l’utilisateur et les performances de son ordinateur, simplifient les opérations d’administration et de sécurisation, et, au contraire du modèle articulé sur les « clients légers », ne sollicitent qu’assez peu le centre serveur. Elles permettent ainsi de profiter tant de l’administrabilité qui caractérise les clients légers que des capacités de traitement des micro-ordinateurs à part entière. Citrix, Lenovo et Microsoft ont ainsi récemment annoncé le lancement de produits ou programmes DVC qui exploitent la technologie Intel vPro.

 

Numéro un mondial du circuit intégré et du semi-conducteur, Intel met au point des technologies, élabore des produits et entreprend des actions pour faire progresser en permanence les modes de vie et de travail. Des informations complètes sur la société sont disponibles sur le site Internet d’Intel à partir de la page www.intel.fr.

 

 

 

Intel, le logo Intel, Intel vPro et Intel Core sont des marques déposées ou enregistrées d’Intel Corporation ou de ses filiales, aux Etats-Unis et dans d’autres pays.


* Les autres noms et désignations peuvent être revendiqués comme marques par des tiers.

le 15 septembre 2008

 

Paris – Par le lancement, aujourd’hui, de sept processeurs Intel® Xeon® série 7400, Intel Corporation conforte son avance sur le créneau des serveurs haut de gamme et établit une nouvelle référence en matière de performances pour la virtualisation. Avec jusqu’à six cœurs de traitement par puce et 16 Mo de mémoire cache partagée, ces processeurs assurent en effet des gains de performances impressionnants — de près de 50 % dans certains cas — aux applications prévues pour les serveurs virtualisés ou axées sur les données (systèmes de gestion de bases de données [SGBD], informatique décisionnelle, progiciels de gestion intégrés [PGI], consolidation de serveurs, etc.)

 

Les plates-formes dotées de ces processeurs peuvent en accueillir jusqu’à seize, soit quatre-vingt-seize cœurs au total. Elles équipent ainsi des serveurs extrêmement évolutifs, capables d’un très fort parallélisme de traitement, qui embarquent de très importantes ressources mémoire et qui assurent aux datacenters une fiabilité sans concession.

 

Tom Kilroy, Vice-Président d’Intel chargé du Digital Enterprise Group : « La sortie de ces processeurs conforte l’avance d’Intel sur le segment des serveurs haut de gamme. Cette nouvelle série de puces aidera les DSI à gérer des environnements serveurs qui sont de plus en plus complexes. Elle leur permettra de doper les performances de leurs applications parallélisées dimensionnables, tout en bénéficiant d’une infrastructure de plates-formes stable. Avec des nouveautés comme des cœurs plus nombreux et des mémoires caches de grande capacité ainsi que des technologies de virtualisation de pointe, les processeurs Xeon série 7400 affichent des performances record, qui accompagneront les entreprises jusqu’à la prochaine vague de virtualisation. »

 

Nouveaux records de performances
Les processeurs Intel Xeon série 7400 ont déjà établi de nouveaux records sur plates-formes à quatre et huit sockets dans le cadre de certains des principaux bancs d’essai dans les domaines de la virtualisation, de la gestion de bases de données, des PGI et du commerce électronique. En voici quelques-uns :

  • Outre le résultat record de 1,2 million de tpmC au banc d’essai TPC*-C (performances SGBD en environnement OLTP) pour sa plate-forme System x* 3950 M2, IBM décroche aussi le record absolu de 684 508 tpmC sur serveur à quatre sockets, avec une plate-forme System x* 3850 M2.
  • Un serveur HP ProLiant* DL580 G5 établit le nouveau record de 5 155 utilisateurs au banc d’essai SAP-SD* (performances d’un PGI axé ventes et distribution).
  • Un serveur Fujitsu-Siemens PRIMERGY* RX600 S4 obtient le score record de 291 au banc d’essai SPECint*_rate2006 (rendement de calcul en nombres entiers).

 

La référence pour la virtualisation
Gravés en 45 nm et dotés de transistors aux portes composées d’un matériau métallique à forte permittivité diélectrique (« high k ») à base de hafnium, les sept processeurs Intel Xeon série 7400 se caractérisent par des performances en large hausse pour une consommation électrique en baisse. Ils assurent en effet des gains de performances de 50 % dans certains cas, pour une réduction des besoins électriques de la plate-forme qui va jusqu’à 10 %. Ces progrès leur ont d’ailleurs permis d’obtenir le score record de 18,49 au banc d’essai VMmark* (performances en virtualisation) sur un serveur Dell PowerEdge* R900 à quatre sockets et vingt-quatre cœurs gérant VMware* ESX Server 3.5.0.

 

Alliés aux fonctions de pointe de la technologie de virtualisation Intel VT FlexMigration, ces gains de performances font des serveurs équipés de processeurs Xeon série 7400 des plates-formes idéales comme base de standardisation d’une infrastructure virtualisée. La technologie Intel VT FlexMigration autorise en effet la migration de machines virtuelles entre toutes les générations successives de plates-formes d’architecture Intel® Core™, y compris les générations à venir. Cette compatibilité pérennise l’investissement des DSI qui souhaitent mettre en place des pools de systèmes virtualisés pour optimiser la prise de relais sur indisponibilité, la reprise sur sinistre et l’équilibrage des charges ainsi que pour rationaliser la maintenance des serveurs et limiter leurs interruptions de service.

 

Caractéristiques et écosystème
Ces processeurs sont cadencés jusqu’à 2,66 GHz, avec une puissance ramenée à 50 W pour certains d’entre eux. La série 7400 se compose ainsi notamment de la première puce d’architecture x86 dotée de six cœurs. D’une puissance de 65 W, soit un peu moins de 11 W par cœur, celle-ci équipera des plates-formes disponibles aux formats rack, tourelle et lame ultra-dense.

 

Ces nouvelles puces sont compatibles avec les plates-formes existantes dotées de processeurs Xeon série 7300, du chipset Intel 7300 et d’une capacité mémoire de 256 Go maximum. Elles permettent ainsi au DSI de les déployer rapidement, en les intégrant à une infrastructure de plates-formes stable.

 

Plus de cinquante constructeurs dans le monde devraient annoncer à partir d’aujourd’hui la sortie de serveurs dotés de ces puces, avec notamment des modèles en rack à quatre sockets (Dell, Fujitsu, Fujitsu-Siemens, Hitachi, HP, IBM, NEC, Sun, Supermicro et Unisys), des serveurs lames à quatre sockets eux aussi (Egenera, HP, Sun et NEC) ainsi que des systèmes évolutifs, capables d’intégrer jusqu’à seize de ces puces (IBM, NEC et Unisys).

 

De nombreux éditeurs (dont Citrix, IBM, Microsoft, Oracle, Red Hat, SAP et VMware) proposent par ailleurs des solutions innovantes pour ces plates-formes haut de gamme, dans les domaines de la virtualisation et des applications aux performances dimensionnables.

 

Le tarif des processeurs Intel Xeon séquence 7000 va de 856 à 2 729 USD l’unité (au mille). Renseignements complémentaires sur ces puces : www.intel.com/xeon et www.intel.fr/xeon (français). Références des records aux bancs d’essai et des gains de performances annoncées : www.intel.com/performance/server/xeon_mp/summary.htm.

 

Numéro un mondial du circuit intégré et du semi-conducteur, Intel met au point des technologies, élabore des produits et entreprend des actions pour faire progresser en permanence les modes de vie et de travail. Des informations complètes sur la société sont disponibles sur le site Internet d’Intel à partir de la page www.intel.fr (en français) ou blogs.intel.com.

 

 

 

Les tests et les indices de performances portent sur des configurations spécifiques, leurs éléments ou les deux. Ils rendent compte approximativement des performances des produits Intel mesurées par ces tests. Une différence dans la configuration matérielle ou logicielle est ainsi susceptible d’avoir une incidence sur les performances effectives. Il est donc conseillé aux acheteurs de consulter d’autres sources d’informations pour évaluer les performances des configurations ou des éléments de configuration dont ils envisagent l’acquisition. Pour plus d’informations sur les tests de performances des produits Intel, consulter la page www.intel.com/performance/resources/limits.htm.

 

Intel, le logo Intel, Xeon et Intel Core sont des marques déposées ou enregistrées d’Intel Corporation ou de ses filiales, aux Etats-Unis et dans d’autres pays.


* Les autres noms et désignations peuvent être revendiqués comme marques par des tiers.

Une solution SATA réactive, robuste et économe en énergie pour remplacer les disques durs.

le 8 septembre 2008

 

Paris – Intel Corporation a annoncé aujourd’hui la livraison à ses clients de ses premières mémoires de masse transistorisées SDD SATA Intel® X18-M et X25-M. Fondées sur la technologie flash NAND à cellules multiniveaux (Multi-Level Cells, MLC), ces unités SSD (Solid-State Drives) s’adressent aux micro-ordinateurs. De par leurs performances, elles feront franchir à ceux-ci un nouveau palier de réactivité globale et, grâce en outre à leur légèreté, à leur robustesse et à leur faible consommation électrique, elles se substitueront avantageusement aux disques durs.

 

Validées pour les ordinateurs d’architecture Intel, les unités X18-M et X25-M sont respectivement configurées au format 1,8 pouce et 2,5 pouces. Parmi les avantages qu’elles présentent par rapport aux disques durs figurent une réactivité globale en hausse pour l’ordinateur ainsi que des délais d’amorçage et de reprise plus courts. En outre, comme elles sont dépourvues de pièces en mouvement, elles dégagent moins de chaleur et sont plus silencieuses, mais aussi plus fiables que les disques durs. Elles suppriment également les encombrements d’entrées-sorties (E/S) que suscitent ces derniers et contribuent ainsi à maximiser le rendement des puces d’Intel telles que ses processeurs de microarchitecture Intel® Core™. Des tests réalisés en laboratoires montrent par exemple que les modules X18-M et X25-M multiplient par neuf les performances en mémoire de masse par rapport à des disques durs.

 

Randy Wilhelm, Vice-Président d’Intel responsable du NAND Products Group : « Validées par nos tests les plus rigoureux ainsi que par les essais réalisés par nos clients OEM, les mémoires de masse transistorisées que nous avons mises au point tiennent largement les promesses de la technologie SSD. Grâce à notre expérience conjuguée de la mémoire flash, des processeurs et de l’informatique en général, elles bénéficient en outre des progrès que sont une architecture à dix canaux parallèles, un contrôleur exclusif, un micrologiciel (firmware) et des algorithmes de gestion de la mémoire. Ces progrès résolvent les problèmes d’amplification en écriture et de mauvaise répartition de l’usure du support pour ainsi redéfinir les performances et la fiabilité des SSD. »

 

Les mémoires SDD SATA Intel X18-M et X25-M (Mainstream) sont dotées d’une capacité de 80 Go, des modèles de présérie à 160 Go étant prévus pour le quatrième trimestre de cette année. Ces versions de 80 Go affichent un débit qui va, en lecture, jusqu’à 250 Mo/s et, en écriture, jusqu’à 70 Mo/s avec un délai de latence de 85 ms. Leur prix unitaire est de 595 USD pour des quantités inférieures au mille. Elles sont d’ores et déjà disponibles aux constructeurs et les premiers ordinateurs à en être équipés devraient arriver sur le marché au cours des prochaines semaines.

 

Intel prévoit par ailleurs de sortir dans les trois mois à venir une ligne de SSD à cellules mononiveaux (Single-Level Cells, SLC) destinées à l’infrastructure informatique (serveurs et unités de stockage). Regroupés sous la dénomination « SDD SATA Intel® X25‑E Extreme » (Enterprise), ces produits sont prévus pour optimiser le débit en opérations d’E/S par seconde (IOPS). A encombrement égal, elles multiplient en effet le rendement en IOPS jusque par un facteur de 50 par rapport à des disques dur. Elles se traduiront donc, pour les grandes structures et les datacenters, par des gains de performances et une diminution des coûts, d’autant qu’elles demandent aussi moins d’énergie, de maintenance, de refroidissement et de place.

 

Une vidéo où Gordon Moore, cofondateur d’Intel et Chairman Emeritus de l’entreprise, évoque les perspectives de la technologie SSD vient compléter ce communiqué. Elle est disponible à l’adresse http://download.intel.com/pressroom/video/Gordon Moore_SSD.wmv.

 

Numéro un mondial du circuit intégré et du semi-conducteur, Intel met au point des technologies, élabore des produits et entreprend des actions pour faire progresser en permanence les modes de vie et de travail. Des informations complètes sur la société sont disponibles sur le site Internet d’Intel à partir de la page www.intel.fr (en français) ou blogs.intel.com.

 

 


Intel, le logo Intel et Intel Core sont des marques déposées ou enregistrées d’Intel Corporation ou de ses filiales, aux Etats-Unis et dans d’autres pays.


* Les autres noms et désignations peuvent être revendiqués comme marques par des tiers.

le 8 septembre 2008


Paris – Avec la sortie de ses quatre premiers processeurs Intel® Xeon® sans halogènes, qui affichent des performances et un rendement électrique en large hausse, Intel Corporation continue d’enrichir sa gamme de puces gravées en 45 nanomètres (nm) et poursuit aussi ses efforts pour limiter l’empreinte écologique de ses produits.

 

Ces nouveaux processeurs doivent en grande partie cette efficacité énergétique à la technique de gravure en 45 nm d’Intel ainsi qu’à ses transistors nouvelle formule, dont la porte se comporte d’un matériau métallique à base de hafnium et à forte permittivité diélectrique (« high k »). De plus, tous les modèles de processeurs Intel Xeon séries 5200 et 5400 déjà lancés seront dorénavant fabriqués sans halogènes. Ces nouvelles puces sont rétrocompatibles avec les plates-formes Intel bivoies qui sont sur le marché depuis 2006.

 

La ligne des processeurs Intel Xeon série 5400 (quatre cœurs) se compose des nouveaux modèles X5492, X5470 et L5430, dont le plus rapide affiche une fréquence d’horloge de 3,4 GHz. La version basse tension (L5430) ne consomme que 50 W de puissance électrique, soit 12,5 W à peine par cœur. Le processeur Intel Xeon X5270 (double cœur) est quant à lui d’une puissance électrique de 80 W seulement, pour des fréquences allant pourtant jusqu’à 3,5 GHz. Les structures ciblées sont avant tout celles qui exploitent des stations de travail ou bien des serveurs de calcul intensif, en lames ou courants, car ce sont elles qui bénéficieront le plus de ces nouvelles puces.

 

Des résultats récents à des bancs d’essai réalisés sur celles-ci confirment la progression des performances des processeurs Xeon sans élargissement de leur enveloppe thermoélectrique Un serveur SuperMicro SuperServer* 6025B-TR+ équipé du processeur Xeon X570 a ainsi obtenu un record mondial avec un score de 150 à SPECint*_rate2006, qui mesure le débit de calcul en nombres entiers. Un serveur Fujitsu-Siemens PRIMERGY* RX200 S4 doté du processeur Xeon X5470 confirme par ailleurs l’avance en performances d’Intel sous Oracle JRockit* JVM avec un score de 316 728 bops au banc d’essai SPECjbb*2005.¹

 

Kirk Skaugen, Vice Président d’Intel chargé du Server Platforms Group : « Intel poursuit son action d’éco-innovation en recherche et développement tout en proposant une gamme de produits dont la richesse et les performances sont sans équivalent. Les structures qui adopteront ces nouveaux processeurs Xeon profiteront non seulement de gains de performances et de rendement énergétique, mais elles seront également les premières à bénéficier des techniques de production sans halogènes d’Intel. »

 

Toute une série de constructeurs proposeront des configurations équipées de ces nouvelles puces, dont Asus, Dell, Fujitsu, Fujitsu-Siemens, Gigabyte, HP, IBM, Microstar, NEC, Quanta, Rackable Systems, Sun Microsystems, Supermicro, Tyan et Verari Systems. La série 5400 est dès à présent disponible, tandis que le processeur Intel Xeon X270 le sera cet automne.

 

Tarifs (à l’unité par mille)

 

Processeur Intel Xeon L5430
quatre cœurs, 2,66 GHz, bus à 1333 MHz, 50 W)

562 USD

Processeur Intel Xeon X5470

(quatre cœurs, 3,33 GHz, bus à 1333 MHz, 120 W)

1386 USD

Processeur Intel Xeon X5492

(quatre cœurs, 3,4 GHz, bus à 1600 MHz, 150 W)²

1493 USD

Processeur Intel Xeon X5270

(double cœur, 3,5 GHz, bus à 1333 MHz, 80 W)

1172 USD

 

Complément d’information : www.intel.com/xeon et www.intel.fr/xeon (français).

 

Numéro un mondial du circuit intégré et du semi-conducteur, Intel met au point des technologies, élabore des produits et entreprend des actions pour faire progresser en permanence les modes de vie et de travail. Des informations complètes sur la société sont disponibles sur le site Internet d’Intel à partir de la page www.intel.fr (en français) ou blogs.intel.com.

 

 

 

Les tests et les indices de performances portent sur des configurations spécifiques, leurs éléments ou les deux. Ils rendent compte approximativement des performances des produits Intel mesurées par ces tests. Une différence dans la configuration matérielle ou logicielle est ainsi susceptible d’avoir une incidence sur les performances effectives. Il est donc conseillé aux acheteurs de consulter d’autres sources d’informations pour évaluer les performances des configurations ou des éléments de configuration dont ils envisagent l’acquisition. Pour plus d’informations sur les tests de performances des produits Intel, consulter la page www.intel.com/performance/resources/limits (en anglais).


¹ La mention de records mondiaux s’appuie sur des comparaisons établies au 8 septembre 2008 à partir d’ordinateurs d'architecture x86 à deux voies. Configurations :
Sous SPECint*_rate2006 – Plate-forme serveur SuperMicro SuperServer 6025-TR+dotée de deux processeurs Intel® Xeon® X5470 (quatre cœurs, 3,33 GHz, 12 Mo de cache L2, bus principal à 1333 MHz) et de 16 Go de mémoire (8 barrettes FB-DIMM DDR2-667 de 2 Go). Fichiers binaires SPEC créés avec le compilateur Intel 11.0. Système d’exploitation SuSE* Linux* 10. Scores de 150 sous SPECint*_rate2006 et de 136 sous SPECint_rate_base2006. Relevés effectué en interne par Intel en septembre 2008.


Sous SPECjbb2005 – plate-forme serveur Fujitsu Siemens PRIMERGY* RX200 S4 dotée de deux processeurs Intel Xeon X5470 (quatre cœurs, 3,33 GHz, 12 Mo de cache L2, bus principal à 1333 GHz), de 16 Go de mémoire (8 barrettes FB-DIMM DDR2-667 de 2 Go), d’Oracle JRockit* JVM et de Microsoft Windows Server 2003 Enterprise x64 Edition SP1. Scores de 316 728 bops et de 79 182 bops/JM (bops = business operations per second). Résultats communiqués à www.spec.org au 8 septembre 2008.


² Le processeur Intel® Xeon® X5492 n’est rétrocompatible qu’avec les plates-formes dotées de jeux de composants destinés aux processeurs Xeon® série 5400.


Intel, le logo Intel et Xeon sont des marques déposées ou enregistrées d'Intel Corporation ou de ses filiales, aux Etats-Unis et dans d'autres pays. SPEC, SPECint, SPECfp, SPECrate et SPECjbb sont des marques déposées de la SPEC (Standard Performance Evaluation Corporation). Pour plus d’informations sur ces bancs d’essai, rendez-vous sur www.spec.org (en anglais).


* Les autres noms et désignations peuvent être revendiqués comme marques par des tiers.

Seule entreprise américaine nommée « leader d’un supersecteur »

le 4 septembre 2008

 

ParisIntel Corporation figurera aux Dow Jones Sustainability Indexes (DJSI) en 2008-2009, et ce pour la dixième année de suite, c’est-à-dire depuis la création même de ces indices. La participation à ceux-ci distingue des entreprises sur la base de leurs performances économiques, environnementales et sociales et s’appuie sur des critères tels que la gouvernance, la gestion du risque, l’image de marque, l’impact sur les changements climatiques, les standards logistiques et la gestion des ressources humaines.

 

Dans le communiqué qui indique le renouvellement de la participation d’Intel à ces indices, les responsables de ceux-ci notent que « les plus grandes entreprises de la planète prennent aujourd’hui en compte le développement durable [sustainability] dans leur cœur de métier ». Dans le cadre de l’analyse préalable à cette reconduction, Intel a obtenu certains des meilleurs scores de son secteur dans les catégories « reporting environnemental » (environmental reporting), « développement des ressources humaines » (human capital development), « responsabilité sociale » (corporate citizenship/philanthropy), « gouvernance » (corporate governance), « éthique » (code of conduct) et « écoute des parties prenantes » (stakeholder engagement).

 

La société y est également classée « leader du supersecteur des nouvelles technologies » (Supersector Leader for Technology) pour la huitième année consécutive et elle est la seule entreprise américaine à figurer dans la liste des dix-neuf leaders de supersecteurs. Celui des nouvelles technologies recouvre les branches du logiciel, des prestations informatiques, de l’Internet, des télécommunications, des circuits intégrés ainsi que du matériel informatique et bureautique.

 

Paul Otellini , Président et Chief Executive Officer (CEO) d’Intel : « L’action sociale fait partie intégrante de nos modes de gestion. Chef de file des nouvelles technologies et référence économique et industrielle, Intel occupe une position privilégiée pour agir pour la pérennisation de l’environnement. C’est un grand honneur que de voir saluer, pour la dixième année consécutive, notre attachement à une gestion responsable et transparente. »

 

Lancés en 1999, les Dow Jones Sustainability Indexes sont les premiers indices boursiers au monde à suivre les performances financières des grandes entreprises de notre planète dont le développement durable est l’un des moteurs de leurs activités. Les analyses qui président à l’inscription à ces indices prennent en compte des facteurs et tendances économiques, environnementaux et sociaux.

 

L’attachement d’Intel au développement durable et sa conscience écologique sont en grande partie l’héritage de son cofondateur Gordon Moore , écologiste de longue date. De la construction à l’exploitation de ses installations, de la conception à la fabrication de ses produits, Intel s’efforce ainsi en permanence à limiter son empreinte écologique dans toute sa structure et dans toutes ses activités :

 

  • Exploitation. Dans le cadre du programme Green Power Partnership de l’EPA , l’Agence américaine de protection de l’environnement, Intel est le plus important acheteur privé de certificats d’énergie renouvelable aux Etats-Unis (1,3 milliard de kilowattheures par an). En 2007, l’entreprise a recyclé 80 % de ses déchets solides et recyclé aussi ou directement réexploité 87 % de ses résidus chimiques, dépassant ainsi ses objectifs initiaux. Suite à ses investissements dans la conservation des ressources hydrauliques, l’entreprise réutilise également chaque année plus de 11 millions de litre d’eaux usées.

 

 

  • Partenariats. La société Intel s’est associée au Natural Resources Defense Council pour rédiger un cahier des charges de blocs d’alimentation à plus fort rendement électrique. En 2007, elle s’est également alliée à Google pour créer la Climate Savers Computing Initiative , dont l’objectif est de réduire de 54 millions de tonnes par an les émissions de gaz à effet de serre en améliorant le rendement électrique des systèmes informatiques. Elle est par ailleurs entrée l’année dernière au Chicago Climate Exchange ,seul système d’échange de quotas d’émissions de CO2 des Etats-Unis.

 

  • Gouvernance. Au travers de pratiques telles que le non-cumul des mandats de président et de Chief Executive Officer (CEO), la nomination d’un administrateur principal indépendant et l’élection des administrateurs à la majorité, Intel est une référence en gouvernance d’entreprise.

 

 

Intel Corporation (Nasdaq : INTC)


Numéro un mondial du circuit intégré et du semi-conducteur, Intel met au point des technologies, élabore des produits et entreprend des actions pour faire progresser en permanence les modes de vie et de travail. Des informations complètes sur la société sont disponibles sur le site Internet d’Intel à partir de la page www.intel.fr (en français) ou blogs.intel.com.

 

 

 

Intel et le logo Intel sont des marques déposées ou enregistrées d’Intel Corporation ou de ses filiales, aux Etats-Unis et dans d’autres pays.

Filter News Archive

By author: By date:
By tag: