Ses résultats quant aux répercussions financières de la perte ou du vol d’un ordinateur portable sont saisissants

 

le 22 avril 2009

 

Paris – Commandée par Intel Corporation, une étude indépendante sur la sécurité en informatique nomade analyse le coût potentiel, pour les entreprises, des ordinateurs portables volés ou perdus. Alors que l’on peut désormais travailler quasiment n’importe où, ses résultats indiquent que la prise de précautions sécuritaires efficaces est essentielle.

 

Réalisée par l’Institut Ponemon, cette étude établit qu’au niveau mondial, les PC portables, perdus ou volés dans les aéroports, les taxis et les hôtels coûtent aux entreprises concernées en moyenne près de 50 000 dollars chacun, ce qui dépasse largement la valeur de l’ordinateur lui-même pour recouvrir aussi celle des données.

 

Mooly Eden, Vice President d’Intel responsable du Mobile Platforms Group : « Les salariés des entreprises sont de plus en plus nombreux à ne plus travailler que sur ordinateur portable et à bénéficier ainsi des gains de productivité et de la liberté de mouvement qu’apporte l’informatique nomade. Cette tendance se confirmant, les résultats de l’étude impliquent que les entreprises doivent redoubler de vigilance quant à l’efficacité de leurs systèmes de sécurité. Or nous estimons qu’une sécurisation efficace nécessite non seulement la mise au point de technologies performantes, telle que la technologie antivol Intel®, mais aussi une collaboration avec les grands acteurs de la cryptographie, de l’effacement de données et autres mesures de sécurisation, pour parvenir à des solutions globales. »

 

C’est pour mieux appréhender les enjeux et les solutions en cas de vol ou de perte d’un ordinateur portable qu’Intel a commandé cette étude. Celle-ci révèle que ce sont les données sensibles et non pas l’appareil lui-même qui représentent le principal facteur de coût. Ses résultats impliquent par ailleurs que le recours à des produits et techniques de chiffrement des données en limite les conséquences financières.

 

Sur la base de 138 cas d’ordinateurs perdus ou volés, le coût unitaire de 49 246 dollars auquel elle parvient recouvre les frais de remplacement, de détection, d’expertise, de piratage et de détournement des données, les pertes subies en matière de propriété intellectuelle, les frais judiciaires et de conseil ainsi que le coût fiscal, en charges sociales et celui d’une baisse de productivité. A lui seul, le poste du piratage et du détournement des données représente 80 % de l’ensemble.

 

Larry Ponemon, Chairman et fondateur de l’Institut Ponemon Institute : « Il s’agit de la première étude à évaluer le coût d’un ordinateur perdu ou volé. Certains de ses résultats sont pour le moins saisissants de par l’ampleur des conséquences qu’ils mettent en évidence et le fait que celles-ci découlent surtout des données stockées. »

 

L’étude montre également que le délai dans lequel l’entreprise est informée de l’incident a une incidence considérable sur le coût : il est en moyenne de 8 950 dollars si la perte ou le vol sont déclarés à l’entreprise le jour même ; au bout d’une semaine et plus, il peut atteindre 115 849 dollars.

 

La fonction de l’utilisateur joue est par ailleurs elle aussi un facteur important de ce coût. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce n’est cependant pas l’ordinateur du P.d.g. dont la disparition est la plus dommageable, mais celle du poste d’un cadre, soit en moyenne 8 449 dollars pour un simple cadre, contre 60 781 et 61 040 dollars respectivement pour un cadre supérieur et un cadre de direction.

 

Solutions
L’étude constate en particulier que le facteur de coût le plus déterminant est le chiffrement des données. Le coût est en effet de 37 443 dollars pour un ordinateur dont le disque est chiffré, contre 56 165 dollars s’il ne l’est pas.

 

La technologie antivol Intel® est en quelque sorte une capsule de cyanure dont l’ouverture est déclenchée par des mécanismes de détection internes au poste concerné ou bien par un serveur distant. Dans les deux cas, l’ordinateur se verrouille et devient inutilisable. Il est possible de la programmer pour un déclenchement quand le nombre de tentatives infructueuses d’identification par mot de passe excède un certain seuil ou lorsque le délai prédéfini de synchronisation avec un serveur central est dépassé. Disponible sur les modèles d’un nombre croissant de constructeur, elle est souvent proposée par des intervenants qui assurent des services de chiffrement ou d’effacement de données.

 

Le compte rendu de l’étude « Cost of Lost Notebook » est consultable sur l’Intel® vPro™ Expert Center.

 

Numéro un mondial du circuit intégré semi-conducteur, Intel est aussi un fabricant de premier plan de produits micro-informatiques pour les réseaux et les communications. Des informations complètes sur la société sont disponibles sur le site Internet d’Intel à partir de la page www.intel.fr ou blogs.intel.com.

 

 

Intel et le logo Intel sont des marques déposées ou enregistrées d’Intel Corporation
ou de ses filiales, aux Etats-Unis et dans d’autres pays.
* Les autres noms et désignations peuvent être revendiqués comme marques par des tiers.

 

le 14 avril 2009

 

  • Chiffre d’affaires : 7,1 milliards $, en baisse de 13 %¹
  • Marge brute : 46 %, en baisse de 7 points¹
  • Bénéfice d’exploitation : 670 millions $, en diminution de 56 %¹
  • Bénéfice net : 647 millions $ ; BPA : 0,11 $

 

Paris – Intel Corporation a annoncé aujourd’hui pour le premier trimestre 2009 un chiffre d’affaires de 7,1 milliards USD, un bénéfice d’exploitation de 670 millions USD, un bénéfice net de 647 millions USD et un bénéfice par action (BPA) de 0,11 USD.

 

Paul Otellini, Président et CEO (Chief Executive Officer) d’Intel : « Nous estimons que les ventes de PC ont atteint un plancher au premier trimestre et que les tendances saisonnières devraient à présent se rétablir dans tout le secteur informatique. Notre entreprise s’est bien adaptée à la conjoncture économique et nous tirons ainsi les bénéfices d’une activité disciplinée et réactive. Nous proposons une gamme de produits qui répond aux besoins du marché dans ses fluctuations, puisqu’elle va de l’entrée de gamme jusqu’aux hautes performances en passant par l’éco-informatique. »

 

Evolution des résultats trimestriels

1er trimestre 2009

Δ 1er trim. 2008

Δ 4e trim. 2008

Chiffre d’affaires

7,1 milliards USD

– 26 %

– 13 %

Bénéfice d’exploitation

670 millions USD

– 68 %

– 56 %

Bénéfice net

647 millions USD

– 55 %

+ 176 %

BPA

0,11 USD

– 56 %

+ 175 %

Les résultats pour le 4e trimestre 2008 tenaient compte de pertes financières  nettes de 1,1 milliard USD, principalement en raison d’une baisse d’un  milliard USD de la valeur comptable de la participation de l’entreprise au  capital de la société Clearwire.

 

Principales informations financières

  • Les ventes unitaires de microprocesseurs sont en baisse par rapport au 4e trimestre.
  • Le chiffre d’affaires généré par les processeurs Intel® Atom™ et les jeux de composants qui les accompagnent est de 219 millions USD, en recul de 27 %.¹
  • Le prix de vente moyen est resté relativement stable sur l’ensemble des microprocesseurs.¹
  • Il est resté relativement stable aussi si l’on exclut les processeurs Intel Atom de l’ensemble.
  • A 45,6 %, le taux de marge brute est inférieur à celui du 4e trimestre (53,1 %). Cette baisse est principalement due à une augmentation des charges de sous-exploitation de l’outil industriel ainsi que des frais de démarrage.
  • La valeur des stocks a été minorée d’environ 700 millions USD au 1er trimestre.
  • Les dépenses s’établissent à 2,5 milliards USD, ce qui est conforme aux prévisions.
  • Les charges de restructuration et de dépréciation s’élèvent à 74 millions USD, en baisse par rapport aux prévisions (160 millions USD).
  • Le poste des pertes financières nettes et autres pertes s’établit à 18 millions, en baisse par, rapport aux prévisions (pertes de 130 millions USD), en raison principalement d’un renforcement du marché pour certains instruments de créance en fin de trimestre.
  • Le taux d’imposition effectif est de 1 %, ce qui est inférieur aux prévisions (environ 27 %). Les deux principales raisons à cette différence sont le règlement de divers contentieux fiscaux aux niveaux fédéral et local, liés à des exercices antérieurs, ainsi qu’une augmentation de la proportion des bénéfices issus de juridictions fiscales à taux d’imposition plus faible.

 

Perspectives
Ces perspectives ne tiennent pas compte des effets susceptibles de découler des éventuels rapprochements et désinvestissements qui seraient intervenus après le 13 avril. A noter que l’incertitude qui affecte actuellement l’économie mondiale rend particulièrement difficile l’établissement de prévisions en ce qui concerne la demande du marché est les résultats qui en découlent. Cette incertitude renforce ainsi la probabilité que les résultats effectifs d’Intel diffèrent sensiblement des prévisions. Par conséquent, l’entreprise limite, ce trimestre, les prévisions chiffrées qu’elle publie.

 

2e trimestre 2009

  • En raison de l’incertitude économique actuelle et du manque de visibilité qui en découle, Intel s’abstient, pour l’instant, de publier officiellement un chiffre d’affaires prévisionnel. Dans un cadre purement interne, l’entreprise table sur un chiffre d’affaires prévisionnel stable par rapport au 1er trimestre.
  • Marge brute prévisionnelle : aux environs de 45 %.
  • Dépenses (R&D et frais généraux) : plus ou moins stables par rapport au 1er trimestre.
  • Charges de restructuration et de dépréciation : environ 115 millions USD.
  • Pertes financières nettes et autres pertes : environ 150 millions USD.
  • Charges d’amortissement : environ 1,2 milliard USD.

Année 2009

  • Dépenses (R&D et frais généraux) : entre 10,4 et 10,6 milliards USD (inchangées).
  • Dépenses d’investissement : en légère baisse par rapport à 2008.
  • Charges d’amortissement : 4,8 milliards USD, à 100 millions USD près (inchangées).
  • Taux d’imposition : environ 24 % pour les deuxième, troisième et quatrième trimestres.

 

Notes sur les perspectives
Au cours du trimestre, des représentants d’Intel se réuniront en privé avec les investisseurs, les médias, les analystes boursiers et d’autres personnes et confirmeront éventuellement le contenu de la rubrique « Perspectives ». A partir du 29 mai au soir et jusqu’à la publication de son communiqué sur ses résultats pour le 2e trimestre 2009, Intel observera une « Période de silence » durant laquelle les Perspectives indiquées dans ses communiqués et les éléments portés dans ses dépôts à la SEC seront alors à considérer uniquement comme un historique antérieur à la Période de silence et ne seront pas nécessairement réactualisés.

 

Facteurs de risque
Les éléments de ce document qui portent sur des projets et des perspectives pour le deuxième trimestre, l’année entière et au-delà sont des prévisions, ce qui implique un certain degré d’incertitude. De nombreux facteurs, que la société ne maîtrise pas ou pas totalement et qu’elle peut ne pas avoir pris en compte, sont en effet susceptibles d’influer sur ses résultats effectifs, ceux-ci risquant donc de différer sensiblement des prévisions établies ici. En particulier, Intel estime que les facteurs suivants sont les plus susceptibles d’influer de manière sensible sur les résultats attendus conformément à ces prévisions :

 

  • En raison d’une conjoncture économique incertaine, de possibilités de crédit limitées et de perspectives financières pessimistes, les ménages et les entreprises risquent de reporter leurs achats, ce qui serait susceptible de réduire la demande du marché et les résultats qui en découlent. Parmi les facteurs risquant de créer un écart entre la demande prévue et effective figurent par conséquent les possibles évolutions des conditions du marché et de la conjoncture économique, avec notamment un état du marché du crédit qui pourrait nuire à la confiance des consommateurs, l’acceptation par les clients des produits d’Intel et de ses concurrents, les éventuelles évolutions de tendance concernant les prises de commandes, dont les annulations, ainsi que les fluctuations des stocks des clients.
  • Intel intervient dans des secteurs économiques où règne une concurrence intense et qui se caractérisent par une part importante de coûts fixes ou difficiles à réduire à court terme ainsi que par une demande fluctuante et difficile à prévoir. Son chiffre d’affaires et son taux de marge brute sont fonction des dates de sortie de ses nouveaux produits ainsi que de leur succès et de leur acceptation par le marché ; des actions menées par ses concurrents, notamment en termes d’offres et de lancements de produits, d’opérations marketing et de positionnement tarifaire ainsi que de sa réponse à ces actions ; de sa capacité à réagir rapidement face aux progrès technologiques et à doter ses produits de fonctionnalités nouvelles.
  • Le taux de marge brute est susceptible de s’écarter très sensiblement des prévisions, ceci en fonction de l’évolution du chiffre d’affaires, du taux d’utilisation effectif des capacités de production, des frais de démarrage, de stocks surnuméraires ou obsolètes, du mix produits et de la tarification des produits, des fluctuations dans la valorisation des stocks (dont modifications du calendrier de commercialisation de certains produits), des rendements de production, de l’évolution des coûts de revient unitaires, de la dépréciation des immobilisations à long terme (dont les moyens de production, d’assemblage et de test ainsi que les immobilisations incorporelles) ainsi que du calendrier de mise en production et de la montée en puissance des nouveaux procédés de fabrication et des charges afférentes.
  • Le montant des charges, en particulier celles qui sont inhérentes au marketing et aux salaires, les frais de restructuration et les provisions pour dépréciation, varient en fonction de la demande vis-à-vis des produits d’Intel ainsi que de son chiffre d’affaires et de ses bénéfices.
  • Le taux d’imposition prévisionnel s’appuie sur la législation fiscale en vigueur et sur le chiffre d’affaires actuellement attendu. Le taux effectif risque de subir l’incidence de la spécificité des juridictions fiscales où les bénéfices sont réputés avoir été réalisés et où ils sont imposés, de l’évolution des crédits d’impôt ainsi que des avantages et déductions fiscaux estimatifs, de la résolution des litiges avec le fisc résultant de contrôles effectués par diverses administrations fiscales, notamment en termes de pénalités ou d’intérêts éventuellement infligés, ainsi que de la possibilité de bénéficier d’économies d’impôts différés.
  • La crise que subissent le système bancaire et les marchés financiers ainsi que les risques qui pèsent sur les banques d’investissement et d’autres organismes financiers se sont traduits par un resserrement des marchés du crédit, un niveau réduit de liquidité sur de nombreux marchés financiers et une extrême volatilité sur les marchés des instruments à taux fixe, du crédit et des titres participatifs. Cette crise du crédit est susceptible d'avoir des répercussions sur l’activité d’Intel : l’insolvabilité de ses fournisseurs qui pourrait conduire à des retards pour ses produits ; l'incapacité de ses clients à obtenir un crédit pour financier les achats de ses produits, l’insolvabilité de ses clients ou les deux ; les défauts de contrepartie qui risqueraient de précariser sa trésorerie ; une augmentation de ses frais ou son incapacité à obtenir un financement de son activité à court terme par l’émission d'effets de commerce ; une augmentation de la dépréciation de ses titres participatifs en raison de l'incapacité des entreprises concernées à obtenir du financement. Les profits ou pertes à constater pour les titres participatifs et autres investissements peuvent également varier en fonction des plus ou moins-values réalisées sur la cession ou l’échange de valeurs mobilières, des plus ou moins-values réalisées sur certaines participations par mise en équivalence, du montant effectif des provisions pour dépréciation, y compris l’éventuelle dépréciation subie par des titres de créance ainsi que des titres participatifs et d’autres participations, des taux d’intérêt, des liquidités disponibles (cash) et du différentiel de taux des instruments dérivés par rapport au marché. La volatilité actuelle des marchés financiers et une conjoncture économique incertaine renforcent le risque que les profits ou pertes à constater sur les créances et titres participatifs d’Intel diffèrent très sensiblement de leur valeur actuelle.
  • La majorité des titres participatifs non négociables d’Intel porte sur des entreprises du secteur de la mémoire flash, aussi la dégradation de ce secteur ou une réorientation des projets de la direction d’Intel quant aux prises de participation de l'entreprise dans ce secteur pourrait se solder par d'importantes moins-values, qui elles-mêmes viendrait auraient une incidence sur les charges de restructuration ainsi que sur le poste des profits et pertes financiers et autres recettes.
  • Les résultats d’Intel peuvent aussi être affectés par un climat économique, social ou politique défavorable pour les pays et leurs infrastructures où Intel, ses clients ou ses fournisseurs exercent leur activité, par exemple les conflits armés et autres problèmes de sûreté publique, une désorganisation de ces infrastructures, des problèmes de santé publique, des catastrophes naturelles ou des fluctuations sur le marché des changes.
  • Ses résultats peuvent également être affectés par le préjudice résultant des errata sur les produits (écarts par rapport aux spécifications publiées) et des défauts de ceux-ci ainsi que par la réglementation antitrust, en matière de propriété intellectuelle, de consommation, de droits des actionnaires et autres, tels que les litiges et autres événements à risque indiqués dans les rapports d’Intel à la SEC.

 

On trouvera plus de détails sur les facteurs susceptibles d’influer en général sur les résultats d’Intel dans ses rapports déposés à la SEC (Securities and Exchange Commission), dont la déclaration sur formulaire 10-K établie pour l’exercice clos le 27 décembre 2008. Le chiffre d’affaires prévisionnel de l’entreprise, tel que mentionné plus haut à la rubrique « Perspectives », est établi à la date d’aujourd’hui, ne doit pas se comprendre comme faisant partie de ces Perspectives et ne sera pas actualisé par l’entreprise d’ici au début de la Période de silence.

 

Exposé sur les résultats
Intel organisait le 14 avril à 14 h 30 (UTC – 7) une téléconférence publique sur son site Internet de relations avec les investisseurs (www.intc.com ). L’enregistrement vidéo de cette téléconférence ainsi qu’une version audio de celle-ci au format MP3 sont disponibles sur ce même site.

Numéro un mondial du circuit intégré et du semi-conducteur, Intel met au point des technologies, élabore des produits et entreprend des actions pour faire progresser en permanence les modes de vie et de travail. Des informations complètes sur la société sont disponibles sur le site Internet d’Intel à partir de la page www.intel.fr ou blogs.intel.com.

 

 

 

¹ Par rapport au 4e trimestre 2008.

 

Intel, le logo Intel et Intel Atom sont des marques déposées ou enregistrées d’Intel Corporation ou de ses filiales, aux Etats-Unis et dans d’autres pays.


* Les autres noms et désignations peuvent être revendiqués comme marques par des tiers.

Ces rencontres de Pékin étaient l’occasion pour la direction d’Intel de faire le point et d’évoquer les perspectives de l’entreprise

 

le 8 avril 2009

 

Paris – A l’occasion du premier anniversaire du lancement des processeurs Intel® Atom™, qui coïncide avec le Forum Intel des développeurs de Pékin, Anand Chandrasekher, Senior Vice Président d’Intel chargé de l’Ultra Mobility Group, a présenté aujourd’hui deux nouvelles puces destinées aux PC de poche (Mobile Internet Devices, MID) et effectué plusieurs annonces importantes.

 

A ses côtés, deux autres dirigeants d’Intel se sont eux aussi exprimés devant un parterre de près de deux milles personnes sur les orientations de l’entreprise pour les douze mois qui viennent et au-delà. Organisées au Renaissance Beijing Capital Hotel, ces rencontres sont prévues au bénéfice du marché chinois, en accompagnement de l’innovation dans le pays et pour consolider la présence d’Intel en Asie.

 

Keynote Mobilité
Au cours de son allocation sur le thème « Nouvelle vague de développement pour la mobilité », Anand Chandrasekher a effectué la première démonstration publique de la prochaine plate-forme MID dotée du processeur Intel Atom, dont le nom de code est Moorestown. Au travers d’un banc d’essai comparatif réalisé en direct, il a ainsi donné un aperçu des innovations de cette plate-forme en termes de basse consommation, sachant qu’elle voit sa consommation au ralenti divisée par plus de dix par rapport à sa devancière actuelle. Cette impressionnante baisse est le fruit de nouvelles techniques de gestion électrique, d’une nouvelle partition optimisée pour le créneau des MID et de la gravure « high k » d’Intel en 45 nm.

 

Prévue pour 2010, la plate-forme Moorestown se compose d’une puce SoC (nom de code Lincroft) qui intègre un processeur Intel Atom 45 nm, un cœur graphique, un contrôleur vidéo et mémoire ainsi qu’un concentrateur d’E/S (nom de code Langwell). Elle s’accompagnera d’une nouvelle version du système d’exploitation Moblin* optimisée pour un confort Internet digne d’un PC ainsi que pour la téléphonie mobile.

 

Intel a par ailleurs annoncé la sortie de deux nouvelles puces pour les MID : les processeurs Intel Atom Z550 et Z515. Le premier fait passer les PC de poche à une fréquence d’horloge de 2 GHz, gère la technologie Hyper-Threading et établit une nouvelle référence de performances pour les processeurs d’une enveloppe thermoélectrique inférieure à 3 W. Destiné à des configurations MID parmi les plus compactes du marché actuel, le second intègre la nouvelle technologie Intel BPT (Burst Performance Technology), qui lui autorise une cadence de 1,2 GHz.

 

Ces nouvelles puces viennent ainsi élargir le choix pour bénéficier, sur PC de poche, du meilleur confort Internet possible. A ce titre, Anand Chandrasekher a également annoncé le lancement de plusieurs nouveaux modèles de MID pour le marché chinois.

 

Abordant les PC portables dotés de la technologie processeur Intel® Centrino® 2, Anand Chandrasekher a signalé que plusieurs nouveaux constructeurs OEM avaient choisi d’intégrer à leurs modèles des puces à très basse tension (TBT) pour parvenir ainsi à une épaisseur inférieure à un pouce (2,54 cm). Plus légers et plus petits, ces ordinateurs n’en répondront pas moins aux attentes du public en matière de performances et d’autonomie sur batterie. Anand Chandrasekher a ensuite abordé la prochaine génération des processeurs Intel pour PC portables. Fondés sur la microarchitecture Nehalem (nom de code) d’Intel, ils sortiront au deuxième semestre 2009, sur la plate-forme Calpella (nom de code). Ils devront leur surcroît de puissance notamment aux technologies Hyper-Threading et Intel Turbo Boost.

 

Keynote Entreprises
Au cours de son discours intitulé « IA, investir dans l’intelligence » (IA : Intel Architecture), Pat Gelsinger, Senior Vice-Président d’Intel chargé du Digital Enterprise Group, a abordé les derniers-nés des produits d’Intel dans ses lignes d’informatique individuelle, d’infrastructure et embarquée, et fait le point à l’intention des développeurs sur les outils les plus récents qui sont à leur disposition pour l’architecture Larrabee (nom de code).

 

Il a également présenté le calendrier complet de sortie des produits d’architecture Intel : « Au travers du lancement du processeur Intel Core i7 en 2008 et, tout récemment, des processeurs Xeon série 5500, l’architecture Nehalem a bénéficié d’un accueil international plus qu’enthousiaste. » Rappelons que ces dernières puces, destinées aux serveurs conjuguent les atouts de la microarchitecture Nehalem, une mémoire cache et un sous-système d’E/S originaux ainsi que les technologies QPI [QuickPath Inteconnect] et Intelligent Power.

 

Il a poursuivi en indiquant que sa société, et le secteur de l’informatique avec elle, se dirigeait à présent vers une application de cette microarchitecture aux PC de bureau et portables, au travers notamment de puces qui seront gravées en 32 nm et qui intégreront un cœur graphique, ainsi que vers les processeurs multi-socket Nehalem EX pour serveurs. Toutes ces puces entreront en production au second semestre 2009. Destinés au créneau des « serveurs intelligents », les futurs Nehalem EX seront dotés de huit cœurs.

 

Au chapitre de l’informatique embarquée, Pat Gelsinger a abordé toute une série de solutions récemment annoncées, articulées sur le processeur Intel Atom et destinées à des applications industrielles aux fortes contraintes thermiques, telles que les systèmes d’infoloisirs pour les véhicules et la robotique. Il a également dévoilé les projets d’Intel pour les applications d’informatique embarquée et de stockage, tels que matérialisés par le processeur Nehalem EP (nom de code Jasper Forrest), en phase avec la puissance de calcul plus dense et le plus fort niveau d’intégration que ces applications requièrent.

 

Il a aussi évoqué la plate-forme Larrabee, qui sera la première architecture fortement multicœur d’Intel prévue pour les applications à très haut débit de traitement. Elle se caractérisera en particulier par un pipeline graphique programmable qui apportera une grande liberté aux développeurs. Enfin, il a abordé la mise à disposition auprès de ces derniers d’un prototype de bibliothèque Larrabee C++ ainsi que, toujours à leur intention, d’une future solution de programmation parallélisée de technologie Ct. Les premières cartes graphiques Larrabee devaient sortir en 2009-2010.

 

Keynote Perspectives et Leadership
Durant son allocution d’ouverture, Craig Barrett, Président d’Intel, a décrit les TIC comme un outil de progrès pour l’éducation, la santé, le développement économique et l’environnement. Il a ainsi exhorté les développeurs à mettre à profit leurs compétences collectives pour élaborer des solutions en réponse à ces enjeux :

 

« Rien n’est plus efficace que d’investir dans des têtes bien faites et dans de bonnes idées », a-t-il répété en s’inspirant des visites qu’il effectue chaque année dans plus de trente pays. « Les partenariats public-privé sont essentiels pour parvenir à des solutions aux enjeux planétaires. »

 

Il a par ailleurs annoncé que les quatre gagnants au concours INSPIRE•EMPOWER qu’il avait lui-même lancé en août dernier au nom d’Intel avaient été désignés. Ils recevront chacun un prix de 100 000 dollars pour financer la mise en œuvre de leurs solutions TIC innovantes qui répondent à des besoins touchant justement l’éducation, la santé, le développement économique ou l’environnement.

 

Les gagnants sont Bibek Chapagain de Winrock International à Katmandou (Népal), Daniel Fletcher de l’université de Californie à Berkeley, Eric Morrow de la fondation Maendeleo de Kampala (Ouganda) et Michael Potts du Catholic Relief Services de Nairobi (Kenya). On trouvera de plus amples détails sur les solutions lauréates à la Salle de presse Intel en français ou en anglais.

 

Forum Intel des développeurs
Ces rencontres auxquelles Intel convie les développeurs recouvrent tout à la fois les domaines de la mobilité, de l’entreprise et de la maison numérique, des nouvelles technologies et de la recherche. Annoncée en décembre, cette édition de Pékin a été ramenée de deux jours à une journée en raison de la conjoncture économique et des pressions que subit le secteur des TIC dans le monde entier. Le prochain rendez-vous sera celui de San Francisco, du 22 au 24 septembre, qui se tiendra comme d’habitude au Moscone Center West.

Informations complémentaires : http://developer.intel.com/idf.

 

Numéro un mondial du circuit intégré et du semi-conducteur, Intel met au point des technologies, élabore des produits et entreprend des actions pour faire progresser en permanence les modes de vie et de travail. Des informations complètes sur la société sont disponibles sur le site Internet d’Intel à partir de la page www.intel.fr ou blogs.intel.com.

 

 

 

Intel, le logo Intel, Intel Atom, Intel Core, Xeon et Centrino sont des marques déposées ou enregistrées d’Intel Corporation ou de ses filiales, aux Etats-Unis et dans d’autres pays.


* Les autres noms et désignations peuvent être revendiqués comme marques par des tiers.


Les quatre lauréats reçoivent chacun 100 000 $ pour financer leurs projets de solution à des enjeux concrets

 

le 8 avril 2009

 

Paris – A l’occasion de son discours d’inauguration du Forum Intel des développeurs à Pékin, Craig Barrett, Chairman d’Intel, a annoncé les noms des quatre gagnants au concours INSPIRE•EMPOWER. Lancée lors de l’édition de l’été dernier du Forum à San Francisco, cette compétition proposée aux développeurs récompense les idées les plus innovantes dans la mise à profit des TIC pour répondre à certains des enjeux internationaux les plus pressants, dans les domaines de l’éducation, de la santé, du développement économique et de l’environnement.

 

Ce sont ainsi plus de deux cents entreprises, associations, ONG, universités et individus de quarante-quatre pays qui sont entrés en lice.

 

Craig Barrett : « L’extrême intérêt des projets en compétition témoigne de l’incroyable puissance coopérative dont fait montre la communauté des développeurs pour résoudre des problèmes concrets. Aujourd’hui, nous saluons ainsi, non seulement les gagnants à ce concours, mais aussi tous les autres concurrents et leurs idées novatrices qui visent le développement socio-économique. »

 

Les projets des quatre lauréats ont été jugés surtout sous l’angle du développement durable et de l’innovation. Il sera remis à chacun 100 000 dollars, à consacrer exclusivement à la réalisation de leur solution.

 

  • CellScope, télémicroscopie diagnostique.Daniel Fletcher, professeur à l’université de Californie à Berkeley, a dirigé une équipe de recherche travaillent sur le CellScope*, solution à mi-chemin entre la téléphonie mobile et la microscopie. Cette nouvelle approche fait d’un téléphone mobile, d’un smartphone ou encore d’un PC de poche ou portable doté d’un appareil photo — par exemple un PC d’école d’architecture Intel — un microscope haute résolution portatif, capable de prendre et de transmettre des clichés. Le CellScope est ainsi un assistant bon marché et nomade pour diagnostiquer et suivre des patients atteints de maladies infectieuses dans les pays en voie de développement, dont la tuberculose et la malaria.
  • Initiative GLCI (Great Lakes Cassava Initiative). Michael Potts, directeur des Catholic Relief Services au GLCI, dirige une opération pilote d’aide aux cultivateurs de manioc ( en anglais) de la région des Grands Lacs africains. Au moyen d’ordinateurs portables, cette action vise à renforcer leurs ressources vivrières de ces agriculteurs et les revenus tirés de leur activité. Le manioc représente en effet la principale nourriture de plusieurs millions de familles d’Afrique de l’Est et Centrale, mais deux maladies virulentes dévastent actuellement les cultures dans cette région du monde. L’initiative GLCI prévoit ainsi de former 1,15 million d’agriculteurs de six pays sur ces épiphyties et de leur fournir des plants de manioc résistants aux maladies. Les ordinateurs en question favoriseront l’échange d’informations entre les agriculteurs, les agents de terrains de la GLCI et les chefs de projet, permettront la télédiffusion de supports de formation et renforceront le suivi phytosanitaire grâce à la transmission automatique des relevés effectués.
  • Classe MSCC (Mobile Solar Computer Classroom). Eric Morrow, directeur général de la fondation Maendeleo en Ouganda, propose un atelier d’informatique itinérant, qui, chaque semaine, conduit des professeurs dans plusieurs écoles, où ils enseignent l’utilisation d’un ordinateur aux élèves. Ce dispositif touche ainsi jusqu’à une centaine d’enfants par jour. Surmontée de panneaux solaires pour recharger les ordinateurs, la classe MSCC est un SUV modifié, équipé aussi d’un auvent pliable, de tables, de chaises et de quinze PC d’école d’architecture Intel. L’objectif de la fondation est de permettre aux jeunes ougandais, grâce à une formation à l’informatique, de prétendre à des emplois mieux rémunérés, de favoriser le développement d’un secteur des services informatiques autochtone ainsi que de réduire le chômage et la pauvreté.
  • Projet Rural Livelihood Enhancement. Bibek Chapagain, directeur du groupe Clean Energy chez Winrock International, a proposé le projet Rural Livelihood Enhancement (« amélioration du niveau de vie rural »), dont l’objectif est de faire bénéficier des TIC les communautés rurales et souvent reculées du Népal. Il vise à palier l’absence de réseau électrique dans ces zones par la production d’une énergie renouvelable, issue de microbarrages hydrauliques et de panneaux solaires photovoltaïques. Le projet ambitionne de favoriser le développement économique de ces régions et de faciliter l’accès des populations concernées à l’énergie, à l’éducation, à l’emploi et à l’information. Les centres de services à implanter serviront d’ateliers d’informatique aux jeunes et seront en outre ouverts à tous les publics en dehors des horaires scolaires.

 

Renseignements complémentaires sur le concours : www.intelchallenge.com.

 

Numéro un mondial du circuit intégré et du semi-conducteur, Intel met au point des technologies, élabore des produits et entreprend des actions pour faire progresser en permanence les modes de vie et de travail. Des informations complètes sur la société sont disponibles sur le site Internet d’Intel à partir de la page www.intel.fr ou blogs.intel.com.

 

 


Intel et le logo Intel sont des marques déposées ou enregistrées d’Intel Corporation ou de ses filiales, aux Etats-Unis et dans d’autres pays.


* Les autres noms et désignations peuvent être revendiqués comme marques par des tiers.

Filter News Archive

By author: By date:
By tag: